Rutebeuf


Ci encoumence la vie de Sainte Marie l’Egypcienne - Poem by Rutebeuf


Ne puet venir trop tart a euvre
Boenz ovriers qui sans laisseir euvre,
Car boenz ovriers, sachiez, regarde,
Quant il vient tart, se il se tarde.
Et lors n'i a ne plus ne mains,
Ainz met en euvre les .II. mainz,
Que il ataint toz les premiers:
C'est li droiz de toz boens ovriers.
D'une ovriere vos wel retraire
Qui en la fin de son afaire
Ouvra si bien qu'il i parut,
Que la joie li aparut
De paradix a porte overte
Por s'ouvraigne et por sa deserte.
D'Egypte fu la crestienne:
Por ce ot non l'Egyptienne.
Ces droiz nons si fu de Marie.
Malade fu, puis fu garie.
Malade fu voire de l'arme:
Ainz n'oïstes parleir de fame
Qui tant fust a s'arme vilainne,
Nes Marie la Magdelainne.
Fole vie mena et orde.
La Dame de Misericorde
La rapela, puis vint ariere
Et fut a Dieu bone et entiere.
Ceste dame dont je vos conte
(Ne sai c'ele fu fille a conte,
A roi ou a empereour)
Corroussa mout son Sauveour.
Quant ot .XII. anz, moult par fu bele,
Moult i ot gente damoizele,
Plaisant de cors, gente de vis.
Je ne sai qu plus vos devis:
Moult par fut bien faite defors
De quanqu'il apartint au cors,
Mais li cuers fu et vains et voles
Et chanjoit a pou de paroles.
A .XII. anz laissa peire et meire
Por sa vie dure et ameire.
Por sa vie en foul us despandre,
Ala d'Egypte en Alixandre.
De trois menieres de pechiez
I fu li siens cors entechiez.
Li uns fu de li enyvreir,
Li autres de son cors livreir
Dou tout en tout a la luxure:
N'i avoit bone ne mesure;
En geuz, en boules et en voilles
Entendoit si qu'a granz mervoilles
Dovoit a toute gent venir
Coument ce pooit soutenir.
Dis et set anz mena teil vie,
Mais de l'autrui n'avoit envie:
Robes, deniers ne autre avoir
Ne voloit de l'autrui avoir.
Por gaaing tenoit bordelage,
Et por proesce teil outrage.
Ses tresors estoit de mal faire.
Por plus d'amis a li atraire
Se faisoit riche et conble et plainne:
Eiz vos sa vie et son couvainne.
N'i gardoit ne couzin ne frere,
Ne refusoit ne fil ne pere.
Toute l'autre vilainne vie
Passoit la seue licherie.
Ainsi com tesmoigne la lettre,
Sanz rienz osteir et sanz plus metre,
Ot la dame en païs estei.
Mais or avint en un estei
C'une tourbe d'Egyptiens,
De preudomes bons crestiens,
Voudrent le sepucre requerre,
Si se partirent de lor terre:
Dou roiaume de Libe furent.
Entour l'Acension c'esmurent
Por aleir en Jherusalem,
Qu'en cele saison i va l'en,
Au mainz la gent de la contree.
Marie a la gent encontree,
Venue c'en est au passage.
Cele, qui lors n'estoit pas sage,
Qui ainsi demonoit sa vie,
Vit un home leiz la navie
Qui atendoit la gent d'Egypte
Que je vos ai ci devant dite:
Lor compains fu, si vint devant.
Cele li vint au dedevant.
Proié li a que il li die
De lui et de sa compeignie
Queil part il vorront chemineir.
Cil li respont sans devineir,
Por aleir la ou j'ai contei
Vodroient estre en meir montei.
'Amis, dites moi une choze.
Veriteiz est que je propoze
A aleir la ou vos iroiz.
Ne sai se vos m'escondiroiz
D'avec vos en vostre neif estre?
- Madame, sachiez que li mestre
Nou vos pueent par droit deffendre
Se vos lor aveiz riens que tendre,
Mais vos oeiz dire a la gent:
'A l'uis, a l'uis, qui n'a argent!'
- Amis, je vos fais a savoir
Je n'ai argent ne autre avoir,
Ne choze dont je puisse vivre.
Mais se laianz mon cors lor livre,
Il me sofferront bien a tant.'
Ne dit plus, ansois les atent.
S'entencions fut toute pure
A plus ovreir de la luxure.
Li preudons oï la parole
Et la pencee de la fole:
Preudons fu, por ce li greva.
La fole lait, si se leva.
Cele ne fu pas esperdue:
A la nave s'en est venue.
.II. jovenciaux trouva au port
Ou meneir soloit son deport.
Prie lor qu'em meir la meïssent
Par tel couvent que il feïssent
Toute lor volentei de li.
Celui et celui abeli,
Qui leur compeignons attendoient
Seur le port ou il s'esbatoient.
Ne c'i sont c'un petit tenu
Que lor compeignon sunt venu.
Li marinier les voilles tendent,
En meir s'empaignent, plus n'atendent.
L'Egypcienne est mise en meir.
Or sunt li mot dur et ameir
De raconteir sa vie ameire,
Qu'en la neif ne fu neiz de meire,
C'il fust de li avoir tenteiz,
Qu'il n'en feïst ces volenteiz.
Fornicacion, avoutire,
Et pis asseiz que ne sai dire,
Fist en la neif: ce fu sa feste.
Por orage ne por tempeste
Ne laissa son voloir a faire
Ne pechié qui li peüst plaire.
Ne li soffisoit sanz plus mie
Des jovenciaux la compaignie:
Des vieulz et des jones encemble
Et des justes, si com moi cemble,
Se metoit en iteile guise
Qu'ele en avoit a sa devise.
Se qu'ele estoit si bele fame
Faisoit a Dieu perdre mainte arme,
Qu'elle estoit laz de descevance.
De ce me mervoil sanz doutance
Quant la meir, qui est nete et pure,
Souffroit son pechié et s'ordure
Et qu'enfers ne la sorbissoit,
Ou terre, quant de meir issoit.
Mais Dieux atent, et por atendre
Ce fist les braz en croiz a tendre.
Ne wet pas que pecherres muire,
Ainz convertisse a sa droiture.
Sanz grant anui vindrent a port.
Molt i orent joie et deport:
Grant feste firent cele nuit.
Mais cele ou tant ot de deduit,
De geu et de jolivetei,
S'en ala parmi la citei.
Ne cembla pas estre rencluze:
Partout regarde, partout muze.
Por conoistre li queil sont fol,
Ne li convient sonete a col:
Bien fist semblant qu'ele estoit fole,
Que par cemblant, que par parole,
Car ces abiz et sa semblance
Demontroient sa connoissance.
C'ele ot fait mal devant asseiz,
Ces meffaiz ne fu pas lasseiz.
Pis fist que devant fait n'avoit,
Car dou pis fist qu'ele savoit.
A l'eglize s'aloit montreir
Por les jovenciaux encontreir
Et les sivoit juqu'a la porte
Ci com ces anemis la porte.
Li jors vint de l'Acension.
La gent a grant procession
Aloit aoreir la croix sainte
Qui dou sanc Jhesucrit fu tainte.
Cele pensa en son corage
Se jor lairoit son laborage
Et por celui saintime jour
Ceroit de pechier a sejour.
Venue s'en est en la presse
La ou ele fu plus espesse
Por aleir la croix aoreir,
Que n'i voloit plus demoreir.
Venue en est juqu'a l'eglize.
Ele ne pot en nule guize
Metre le pié sor le degrei,
Mais tot ausi com se de grei
Et volentiers venist arriere,
Se trova a la gent premiere.
Dont se resmuet et vient avant,
Mais ne valut ne que devant.
Par maintes fois si avenoit,
Quant juqu'a l'eglize venoit,
Ariers venoit maugrei ces dens,
Que ne pooit entreir dedens.
La dame voit bien et entant
Que c'est noianz a qu'ele tant.
Quant plus d'entreir laianz s'engreisse,
Et plus la recule la presse.
Lors dit la dame a soi meïsmes:
'Lasse moi! com petitet disme,
Com fol treü, com fier paage
Ai Dieu rendu de mon aage!
Onques nul jor Dieu ne servi,
Ansois ai mon cors aservi
A pechier por l'arme confundre.
Terre dovroit desoz moi fundre.
Biaux doulz Diex, bien voi par ces signes
Que li miens cors n'est pas si dignes
Que il entre en si digne place
Por mon pechié qui si m'enlasse.
Hé! Diex, sire dou firmament,
Quant c'iert au jor dou Jugement
Que tu jugeraz mors et vis,
Por mon cors, qui est ors [et] vilz,
Sera m'armë en enfer mise
Et mes cors aprés lou Juïse.
Mes pechiez m'iert el front escriz.
Coument puet ceseir braiz ne criz?
Coument puet cesseir plors ne lermes?
Lasse! ja est petiz li termes!
Li justes n'ozera mot dire,
Et cil qui est en avoutire,
Queil part ce porra il repondre
Qu'a Dieu ne l'estuisse respondre?'
Ensi se plaint et se demente.
Mout se claimme lasse dolante:
'Lasse! fait ele, que ferai?
Lasse moi! Coumant ozerai
Merci crieir au Roi de gloire,
Qui tant ai mis lo cors en foire?
Mais por ce que Diex vint en terre
Non mie por les justes querre,
Mais por pecheors apeleir,
Mon mesfet ne li doi celeir.'
Lors garde a l'entreir de l'eglize
Une ymage par grant devize
En l'oneur de la Dame faite
Par cui tenebrors fu deffaite:
Ce fu la glorieuse Dame.
Adonc se mit la bone fame
A nuz genoulz et a nuz coutes,
Le pavement moille de goutes
Qui des yeux li chient aval,
Que li moillent tot contreval
Le vis et la face vermoille.
Ausi raconte sa mervoille
Et son pechié a cele ymage
Com a un saint proudome sage.
En plorant dit: 'Vierge pucele
Qui de Dieu fuz meire et ancele,
Qui portas ton fil et ton peire
Et tu fuz sa fille et sa meire,
[Se ta porteüre ne fust
Qui fu mise en la croiz de fust,
En enfer fussons sanz retor:
Ci eüst pereilleuse tor.
Dame qui por ton douz salu
Nous a geté de la palu
D'enfers qui est vils et obscure,
Virge pucele nete et pure,
Si com la rose ist de l'espine
Issis, glorieuse roïne,
De juërie qu'est poignanz,
Et tu es souef et oingnanz.
Tu es rosë et ton Filz fruis;
Enfer fu par ton fruit destruis.]
Dame, tu amas ton ami,
Et j'ai amé mon anemi.
Chastei amas, et je luxure.
Bien sons de diverse nature
Je et tu qui avons un non.
Le tien est de si grant renon
Que nuns ne l'oit ne s'i deduie.
Li miens est plus amers que suie.
Notre Sires ton cors ama:
Bien i pert, que cors et arme a
Mis o soi en son habitacle.
Por toi a fait maint biau miracle,
Por toi honore il toute fame,
Por toi a il sauvei mainte arme,
Por toi, portiere, et por toi, porte,
Por toi brisa d'enfer la porte,
Por toi, por ta misericorde,
Por toi, Dame, et por ta concorde
Ce fist sergens qui sires iere,
Por toi, estoilë et lumiere
A ceulz qui sont en touz perilz
Deigna li tienz glorieuz Filz
A nous faire ceste bontei
Et plus asseiz que n'ai contei.
Quant ce ot fait, li Rois du monde,
Li Rois par cui toz bienz habunde
Elz cielz monta avec son Peire.
Dame, or te pri que a moi peire
Ce que a pecheors promit
Quant le Saint Espir lor tramit:
Il dist que ja de nus pechié
Dont pichierres fust entichiez,
Puis qu'il de ce ce repentist
Et doleur au cuer en sentist,
Ja ne les recorderoit puis.
Dame, je qui sui mise el puis.
D'enfer par ma grant mesprison,
Geteiz moi de ceste prison!
Soveigne vos de ceste lasse
Qui de pechier tout autre passe!
Quant vos leiz votre Fil seroiz,
Que vos toute gent jugeroiz,
Ne vos souvaigne de mes fais
Ne des granz pechiez que j'ai faiz,
Mais, si com vos le poeiz faire,
Preneiz en cure mon afaire,
Quar sanz vos sui en fort merele,
Sans vos ai perdu ma querele:
Si com c'est voirs et je le sai
Et par espoir et par essai,
Si aiez vos de moi merci!
Trop ai le cuer triste et marri
De mes pechiez dont ne sai nombre,
Se ta vertuz ne m'en descombre.'
Adonc c'est levee Marie.
Pres li cemble qu'el fust garie,
Si ala la croix aoreir
Que touz li mons doit honoreir.
Quant ot oï le Dieu servise,
Si c'est partie de l'eglize.
Devant l'image est revenue,
Derechief dit sa couvenue
Coument ele se contendra,
Si demande que devanrra
Ne en queil leu porra guenchir.
Mestier a de l'arme franchir:
Trop a estei a pechié serve;
Des or wet que li cors deserve
Par quoi l'arme n'ait dampnement
Quant c'ert au jor dou Jugement,
Et dit: 'Dame, en pleges vos met
Et si vos creanz et promet,
Jamais en pechié n'encharrai.
Entreiz i, je vos en garrai,
Et m'ensigniez queil part je fuie
Le siecle qui put et anuie
A ceux qui welent chaste vivre.'
Une vois oï a delivre
Qui li dist: 'De ci partiraz,
Au moutier saint Jehan iras,
Puis passeras le flun Jordain.
Et en penitance t'enjaing
Qu'avant soies confesse faite
De ce qu'a Dieu t'iez si mesfaite.
Quant tu auras l'iaue passee,
Une forest espece et lee
Dela le flueve trouveras.
En cele forest enterras,
Illuec feras ta penitance
De tes pechiez, de t'ygnorance.
Illecques fineras ta vie
Tant qu'en sainz cielz seras ravie.'
Quant la dame ot la vois oïe,
Durement en fu esjoïe:
Leva sa main, si se seigna
Ce fit que la voiz enseigna,
Qu'a Dieu ot le cuer enterin.
Lors encontra .I. pelerin:
Trois maailles, ce dit l'estoire,
Li dona por le Roi de gloire.
Troiz petiz painz en acheta.
De cex vesqui, plus n'enporta:
Ce fu toute sa soutenance
Tant com el fu en penitance.
Au flun Jordain en vint Marie.
La nuit i prit habergerie;
Au moustier saint Jehan fu prés.
Sus la rive dont doit aprés
Passeir le flun a l'andemain,
Manja la moitié d'un sien pain.
De l'iaue but saintefiee:
Quant beü ot, mout en fu liee.
De l'iaue at lavee sa teste:
Mout en fist grant joie et grant feste.
Lasse se sent et travilliee;
N'ot point de couche aparilliee
Ne draz de lin ne orillier:
A terre l'estut soumeillier.
C'ele dormi, ce ne fu gaires:
N'ot pas toz jors geü en aires.
Par matin la dame se lieve,
Au moutier vint et ne li grieve.
La resut le cors Jhesucrit,
Si com nos trovons en escrit.
Quant el ot receü le cors
Celui qui d'enfer nos mit fors,
Lors ce part de Jherusalem
Et s'en entra en un chalan,
Le flun passa, el bois en vint.
Souvent de cele li souvint
Que ele avoit mis en ostage
A l'eglize devant l'image.
A Dieu prie qu'il la garisse
Que par temptement ne guerpisse
Ceste vie juqu'a la mort,
Car l'autre l'arme et le cors mort.
Or n'a que .II. pains et demi:
Mestiers est Dieu ait a ami.
De ceulz ne vivra ele mie
Se Dieux ne li fait autre aïe.
Parmi le bois s'en va la dame.
En Dieu a mis le cors et l'arme.
Toute jor va, toute jor vient,
Tant que la nuit venir couvient.
En leu de biau palais de maubre
C'est couchie desouz un aubre.
Un petit manja de son pain,
Puis s'endormit juqu'au demain.
L'andemain au chemin se met
Et dou chemineir s'entremet
Vers oriant la droite voie.
Tant chemina, que vos diroie?
A tout la soif, a tout la faim
Et a petit d'yaue et de pain,
Toute devint el bois sauvage.
Sovent reclainme son hostage
Qu'ele ot devant l'image mis:
Mestiers est Diex li soit amis.
La dame fu en la forest.
Fors que de nuit ne prent arest.
Sa robe deront et depiece,
Chacuns rains enporte sa piece,
Car tant ot en son doz estei
Et par yver et par estei,
De pluie, de chaut et de vent
Toute est deroute par devant.
Il n'i remaint costure entiere
Ne par devant ne par derriere.
Sui chevoil sunt par ces espaules.
Lors n'ot talent de meneir baules.
A poinnes deïst ce fust ele
Qui l'ot veüe damoizele,
Car ne paroit en lei nul signe.
Char ot noire com pié de cigne.
Sa poitrine devint mossue,
Tant fu de pluie debatue.
Les braz, les lons doiz et les mains
Avoit plus noirs, et c'ert du mains,
Que n'estoit poiz ne arremens.
Ces ongles reoignoit au dens.
Ne cemble qu'ele ait point de ventre,
Por ce que viande n'i entre.
Les piez avoit creveiz desus,
Desouz navreiz que ne pot plus.
Ne se gardoit pas des espines
Ne ne quiroit nules sentines.
Quant une espine la poignoit,
En Dieu priant les mains joignoit.
Ceste riegle a tant maintenue,
Plus de .XL. anz ala nue.
.II. petiz painz, ne gaires granz,
De ceuz vesqui par plusors anz.
Le premier an devindrent dur
Com ce fussent pieres de mur.
Chacun jor en manja Marie,
Mais ce fut petite partie.
Sui pain sunt failli et mangié,
Ne por ce n'a pas estrangié
Le bois por faute de viande.
Autres delices ne demande
Fors que l'erbë ou prei menue
Si com une autre beste mue.
De l'iaue bevoit au ruissel,
Qu'ele n'avoit point de vaissel.
Ne fait a plaindre li pechiez
Puis que li cors c'est atachiez
A faire si grief penitance.
D'erbes estoit sa soutenance.
Deables tenteir la venoit
Et les faiz li ramentevoit
Qu'ele avoit faiz en sa jovente.
Li uns aprés l'autre la tente:
'Marie, qu'iez tu devenue,
Qui en cest boiz est toute nue?
Laisse le bois et si t'en is.
Fole fuz quant tu y veniz.
Bien as geté ton cors a gaste
Quant ci viz sanz pain et sans paste.
Tenir le doit a grant folie
Cil qui voit ta melancolie.'
La dame entent bien le deable,
Bien seit que c'est mensonge et fable,
Que toute la mauvaise oblie,
Tant a apris honeste vie.
Ne li sovient ne ne li chaut
De temptacion ne d'assaut,
Car tant a le bocage apris
Et tant de repas i a pris,
Et ces pleges si bien la garde
Et la vizete et la regarde,
Qu'ele n'a garde qu'ele enchiee
Ne que des or mais li meschiee.
Touz les dis et set anz premiers
Fu li deables coutumiers
De li tenteir en itel guise.
Mais quant il voit que petit prise
Son dit, son amonestement,
Son geu et son esbatement,
Si la lessa, plus ne li nut,
Ne l'en souvint ne la connut.
Or vos lairai esteit la dame
Qui le cors pert por garder l'arme,
Si vos dirai d'une gent sainte
Qui faisoit penitance mainte.
En l'eglize de Palestine
Estoit la gent de bone orine.
Entre ces genz ot un preudoume
Que Zozimas l'estoire noume.
Preudons fu et de sainte vie.
N'avoit des richesces envie
Fors d'oneste vie meneir,
Et bien i savoit aseneir
Car dés le bersuel coumensa,
Dés le bersuel et puis ensa
Juqu'en la fin de son aage,
Tant que mors en prist le paage.
Unz autres Zozimas estoit
A ce tens, qui gaires n'amoit
Ne Jesucrit ne sa creance,
Ainz estoit plainz de mescreance.
Por ce c'om ne doit mentevoir,
Home ou il n'a point de savoir
Ne de loautei ne de foi,
Por ce le laz, et je si doi.
Cil Zozimas li biencreanz,
Qui onques ne fu recreanz
De servir Dieu parfaitement,
Cil trouvat tot premierement
Riegle de moinne et toute l'ordre,
Que de riens n'en fist a remordre.
La conversacion des freires
Procuroit come abbés et peires
Par parolë et par ovraigne,
Si que la gent de par le regne
Venoient tuit a sa doctrine
En l'eglize de Palestine
Por aprendre a chastement vivre
Par les enseignemens qu'il livre.
Cinquante et trois anz demora
En l'eglizë et labora
Teil labeur com moines labeure:
C'est Dieu servir a chacune heure.
Un jor en grant enlaction
De cuer en sa religion
Cheï, et dist en teil meniere:
'Je ne sai avant ne arriere
Qui de m'ordre me puit reprendre
Ne qui noiant m'en puist aprendre.
Philozophe n'autre home sage,
Tant aient apris moniage,
N'a il enz dezers qui me vaille:
Je sui li grainz, il sunt li paille.'
Zozimas a ainsi parlei,
Lui loei par lonc et par lei
Si com tenteiz de vainne gloire.
Jhezucriz le prist en memoire,
Un saint esperit li envoie.
En haut li dit, si que il l'oie:
'Zozimas, moult as estrivei
Et moult as ton cuer fors rué.
Quant tu diz que tu iez parfaiz
Et par paroles et par fais,
Voirs est: ta riegle a moult valu.
Mais autre voie est de salu.
Et se l'autre voie wes querre,
Lai ta maison, is de ta terre,
[Lais l'elacion de ton cuer,
Qu'ele n'est preus qu'a geter puer.]
Fai ausi com fist Abrahanz
Qui por Dieu soffri mainz ahanz,
Qu'il s'enfoï en un mostier
Por aprendre le Dieu mestier,
Dejoste le flun Jordain droit,
Et tu, fai ausi orendroit.
- Biauz sire Dieux, dit Zozimas,
Gloriouz peires, tu qui m'as
Par ton esperit visitei,
Lai moi faire ta volentei!'
Adonc issi de sa maison,
C'onques n'i ot autre raison.
Le leu lait ou tant ot estei
Et par yver et par estei.
Au flun Jordain tantost en vint,
Car le conmandement retint
Que Diex li avoit conmandei.
Droit a l'eglize qui de Dei
Estoit illec faite et fondee
Le mena droit sanz demoree.
Venuz en est droit a la porte
Si com Sainz Esperiz le porte.
Le portier apele, il respont,
Que de noiant ne se repont,
Ainz ala querre son abei.
Ne l'a escharni ne gabei.
Li abés vint, celui regarde,
De son abit c'est bien pris garde,
Puis si c'est mis en oroison.
Aprés oreir dist sa raison.
Dist l'abés: 'Dont estes vous, frere?
- De Palestine, biaulz doulz peire.
Por l'arme de moi mieuz valoir
Ai mis mon cors en nonchaloir.
Por plus d'edificacion
Vieng en vostre religion.'
Et dist l'abés: 'Biaux doulz amis,
En povre leu vos estes mis.
- Sire, je vis par plusorz signes
Que ciz leuz est dou mien plus dignes.'
Dist l'abés par humilitei:
'Diex seit nostre fragilitei,
Et il si nos ensaint a faire
Teil choze qui li puisse plaire,
Car je vos puis bien afier,
Nuns ne puet autre edefier
C'il meïmes a li n'aprent
Les biens et il ne se reprent
Des mauz de quoi il est tentei,
Car teiz sunt les Dieu volenteiz.
Et puis que la grace devine
Vos amainne a nostre doctrine,
Preneiz auteil com nos avons,
Que mieux dire ne vos savons.
Puis que Diex nos a mis encemble,
Bien en pensera, se me cemble,
Et nos l'en laissons convenir,
Car bien seit les siens soutenir.'
Zozimas le preudome entant,
Qui ne se va mie ventant.
Moult li plout, moult li abeli
Qu'il n'est presompcious de li.
Les freres vit de mout saint estre,
Bien servans Dieu le roi celestre
En geünes, en penitances
Et en autres granz abstinances,
En vigiles, en saumoier:
Ne c'i savoient esmoier.
N'avoient pas rentes a vivre
Chacune de centainne livre.
Ne vendoient pas blei a terme.
Il finassent miex d'une lerme
Que d'une mine ou d'un setier
De froument, c'il lor fust mestier.
Quant Zozimas vit ceste gent
Qu'a Dieu sunt si saint et si gent
Et que [de] la devine grace
Resplandissoit toute lor face,
Et il vit qu'il n'avoient cure
D'avarice ne de luxure,
Ainz ierent en leu solitaire
Por plus de penitance faire,
Moult li fist grant bien, se sachiez,
Car moult en fu plus atachiez
A Dieu servir de boen corage,
Et bien se pence qu'il sunt sage
Des secreiz a lor Creatour.
Devant Paques font lor atour
De la purificacion
Et prennent absolucion
De lor abei, si com moi cemble,
Et puis s'en issent tuit encemble
Por soffrir et travail et painne
Par les desers la quarantainne.
Li un portent pain ou leün,
Li autre s'en vont tuit geün.
Se devient, il nont tant d'avoir
Qu'il em puissent dou pain avoir.
En leu de potage et de pain
Paissent de l'erbe par le plain
Et des racines que il truevent:
Ainsinc en quarenme s'espruevent.
Graces rendent et si saumoient.
Et quant li un les autres voient,
Senz araignier et sans mot dire
S'en passent outre tout a tire.
[Et a l'issir de lor moustier
Dient cest siaume du sautier:
'Sire, mes enluminemenz,
Mes saluz et mes sauvemenz'
Et les autres vers de ce siaume.
Issi vont toute la quaresme.]
Nule foiz n'uevrent il la porte
Se n'est ainsi com Diex aporte
Aucun moinne par aventure,
Car li leuz est a desmesure
Si sauvages, si solitaires
Que trepassanz n'i passe gaires.
Por ce i mit Diex se preudome,
Et bien le parsut, c'est la soume,
Que por ce li amena Dieux
Que moult estoit humbles li leuz.
Quant il partoient de l'eglize,
Qu'el ne remainsist sanz servize,
.II. freres ou trois i laissoient
Et tout ainsiques s'en issoient.
Et lors restoient cloz li huis
Que ja ne fussent overt puis
Devant a la Paques florie,
Qu'ariers en lor habergerie
Reparoient de ce bocage.
Et raportoit en son corage
Son fruit sanz l'un a l'autre dire,
Car bien peüssent desconfire
Lor pencee par gloire vainne
Se chacuns deïst son couvainne.
Avec celx ala Zozimas,
Qu'ainz de Dieu servir ne fu laz.
Icil por son cors soutenir,
Por aleir et por le venir,
Porta aucune garison:
Ici n'ot point de mesprison.
Un jor ala parmi le bois,
Ne trova pas voie a son chois,
Nequedent si fist grant jornee
Et ala tant sanz demoree
Que vint entre nonne et midi.
Lors a criei a Dieu merci,
Ces hores dit de chief et chief,
Car bien en sot venir a chief,
Puis se reprent a chemineir,
Et bien vos di sanz devineir
Qu'il i cuidoit troveir hermites
Por amendeir par lor merites.
Ansi chemina les .II. jors
Que petiz li fu li sejors.
Ne trouva nul, si ne demeure.
A meidi commensa ces eures.
Quant il ot s'orison fenie,
Si se torna d'autre partie
Et regarda vers oriant.
Un ombre vit, son essiant,
Un ombre vit d'oume ou de fame,
Mais c'estoit de la bonne dame.
Diex l'avoit illec amenee,
Ne voloit que plus fust celee:
Descouvrir li vout le tresor,
Et bien estoit raisons dés or.
Quant li preudons vit la figure,
Vers li s'en vat grant aleüre.
Moult fu cele de joie plainne
Quand ele ot veü forme humainne.
Nequedent ele fu honteuze,
De foïr ne fu pereseuze.
Moult s'en foÿ inelement,
Et cil la suit apertement
Qui n'aparoit point de viellesce,
De faintize ne de peresce,
Ainz corroit a mout grant effort,
Et si n'estoit il gaires fors.
Souvent l'apele et dit: 'Amie,
Por Dieu, car ne me faites mie
Corre aprés vos ne moi lasseir,
Car febles sui, ne puis passeir.
Je te conjur de Dieu le roi
Que en ton cors metes aroi.
Briement te conjur par Celui
Qui refuzeir ne seit nelui,
Par qui li tiens cors est desers
Et si brulleiz en ces desers,
De cui tu le pardon atans,
Que tu m'escoute et si m'atant.'
Quant Marie ot parleir de Dieu
Par cui ele vint en cel leu,
En plorant vers le ciel tendi
Ces mains et celui atendi.
Mais un ruissiaux par maintes fois
Avoit corru par les destrois,
Jai a departi l'un de l'autre.
Cele qui n'ot lange ne fautre
Ne linge n'autre couverture
N'oza pas montreir sa figure,
Ainz li dit: 'Pere Zozimas,
Porquoi tant enchaucie m'as?
Une fame sui toute nue;
Ci moult grant descouvenue.
[Gete moi aucun garnement,]
Si te verrai apertement
Et lors m'orras a toi parleir,
Que ne me wel a toi celeir.'
Quant Zozimas nomeir s'oï,
Moult durement s'en esbahi.
Nequedent bien seit et entent
Que c'est de Dieu omnipotent.
Un de ces garnimens li done
Et puis aprés si l'araisonne.
Et quant Marie fu couverte,
Puis a parlei a bouche overte:
'Sire, fait elle, biaux amis,
Je voi bien que Diex vos a mis
Ça ilec por parleir encemble.
Je ne sai que de moi te cemble,
Mais je sui une picheresse
Et de m'arme murtrisseresse.
Por mes pechiez, por mes mesfaiz
Et por les granz mauz que j'ai faiz
Ving ci faire ma penitance.'
Quant cil oit sa reconnissance,
Si li vint a moult grant merveille;
Moult s'en esbahit et merveille.
A ces piez a genoulz se met,
De li aoreir s'entremet
Et beneïson li demande.
Cele dit: 'Droiz est que j'atende
La votre, par droite raison,
Car fame sui, vos estes hom.'
Li uns merci a l'autre crie
La beneïson avant die.
Zozimas s'estut en la place;
L'yaue li court parmi la face.
La dame prie sans demour,
Beneïsse le par amour
Et li prie sans mesprison
Por le pueple fasse orison.
Cele dit que il li devise
En queil point est or sainte Eglize.
Cil respont: 'Dame, ce me cemble
Que mout ont ferme pais encemble
Li prelat et li apostoles.'
Et cil revient a ces paroles,
Prie li qu'el le beneïsse.
'Ne seroit pas droit je deïsse
Avant de vos, Zozimas, sire:
Prestres estes, si deveiz dire.
Moult iert la riens saintefiee
Qui de ta main sera seignie.
Diex ainme ton prier et prise
(Toute ta vie m'a aprise)
Car tu l'az servi dés enfance.
En lui puez avoir grant fiance,
Et je rai grant fiance en toi.
Beneïs moi, je le te proi.
- Ma dame, ce dit Zozimas,
Ja ma beneïson n'auras
Ne de ci ne leverai mais,
Ainz iert passeiz avrilz et mais,
Por faim, por froit ne por sofraite
Devant que tu la m'aies faite.'
Or voit bien et entent Marie
Que por niant le detarie:
Sanz beneïr ne wet leveir,
Que que il li doie greveir.
Lors c'est vers oriant tornee
Et de prier c'est atornee:
'Diex, dit ele, rois debonaires,
Toi pri et loz, et jou doi faire.
Sire, beneoiz soies tu
Et toute la toie vertu!
Sire, noz pechiez nos pardone
Et ton reine nos abandone
Si que nos t'i puissiens veïr,
Si nos puisses tu beneïr!'
Adonc c'est Zozimas leveiz
Qui de corre fu moult greveiz.
[Assez ont parlé ambedui;
Cil l'esgardë et ele lui.]
Puis li a dit: 'Ma douce amie,
Sainte Eglize n'oblieiz mie:
Mestiers est qu'il vos en souveigne,
Car c'est or la plus granz besoigne.'
La dame commance a oreir
Et en orison demoreir,
Mais onques noiant n'entendi
Des graces qu'ele a Dieu rendi.
Mais ce vit il bien tot sans doute
Que plus de [la] longueur d'un coude
Fu levee en l'air contremont:
En Dieu priant demora mont.
Zozimas fu si esbahis
Qu'il cuida bien estre traïz:
Enfantomeiz cuida bien estre.
Dieu reclama, le roi celestre,
Et se trait un petit arrière
Quant cele faisoit sa priere.
Cele le prist a apeleir:
'Sire, je ne te quier celeir.
Tu cuides que fantosme soie,
Mauvais esperiz qui te doie
Desouvoir, et por'ce t'en vas.
Mais non sui, pere Zozimas:
Ci suis por moi espeneÿr,
Si Dieux me puisse beneïr,
Et juqu'a la mort i serai
Que jamais de ci n'isterai.'
Lors a levee sa main destre,
Si le seigna dou Roi celestre;
[La croiz li fist el front devant:
Ez le seür comme devant.]
Derechief coumence a ploreir
Et li prier et aoreir
Qu'ele li die son couvainne,
Dont ele est nee et de queil reigne,
Et li prie qu'ele li die
Tout son estre et toute sa vie.
L'Egypcienne li respont:
'Que diras or se te despont
Mes ors pechiez, ma mauvaise œuvre?
Ne sai coument les te descuevre:
Nes li airs seroit ordoiez
Se les avoie desploiez.
Nequedant je les te dirai,
Que jai de mot n'en mentirai.'
Lors li a sa vie contee
Teile com ele l'ot menee.
Endementres qu'ele li conte,
Savoir poeiz qu'ele ot grant honte.
En racontant ces granz pechiez,
De honte li cheï au piez.
Et cil qui ces paroles ot
Dieu en mercie et grant joie ot
'Madame, dit li preudom,
Cui Diex a fait si riche don,
Por qu'iez tu a mes piez cheüe?
Ci a moult grant descouvenue.
De toi veoir ne sui pas dignes:
Dieu m'en a bien montrei les signes.
- Peire Zozimas, dit Marie,
Juqu'a tant que soie fenie
A nelui ne me descouvrir
N'a ton abei pas ne l'ouvrir.
Par toi vodrai estre celee
Ce Diex m'a a toi demontree.
A l'abei Jehan parleras,
Cest message li porteras:
De ces ooilles preigne cure;
Tele i a qui trop s'aseüre,
D'eles amendeir ont mestier.
Or te remetras au sentier.
Saches, en l'autre quarantainne
Avras, amis, une grant painne:
N'asouviras pas ton desir.
En ton lit t'estouvra gezir
Quant li autre s'en istront fors,
Car trop sera faibles tes cors.
Malades seras durement
La quarentainne entierement.
Quant passee ert la quarentainne
Et vandra le jor de la Ceinne,
Garis seras, ne m'en esmoi;
Lors te pri de venir a moi.
Lors t'en istras parmi la porte,
Lou cors Notre Seigneur m'aporte
En un vaissel qui mout soit net;
Le saint sanc en un autre met.
Por ce que tu l'aporteras,
Plus prés de toi me troveras:
Deleiz le flun habiterai.
Por toi que g'i atenderai.
Ilec serai coumeniee,
A l'autre an serai deviee.
Ne vis pieça home que toi;
Aleir m'en wel: prie por moi!'
A cest mot c'est de lui partie,
Et cil s'en va d'autre partie.
Quant li sainz hom aleir l'en voit;
Il n'a pooir qu'il la convoit.
A terre fu agenoilliez
Ou cele avoit tenu ces piez.
Por soie amor la terre baise;
Mout li fist grant preu et grant aise.
'Hé! Dieux, dist il, glorieuz peires,
Qui de ta fille feïz meire,
Aoreiz, Sire, soies tu!
Moutrei m'as si bele vertu
De ce que tu m'as enseignié
Quant descouvrir le m'as deignié!'
Puis li membre dou Dieu mestier,
Si s'en repaire a son moutier,
Et sui compaignon ausiment.
Que vos iroie plus rimant?
Li tens passa, quaresmes vint.
Oeiz que Zozimas devint:
Malages le prist a greveir,
Malades fu, ne pot dureir.
Sot que voire ert la prophacie
Qu'il avoit oÿ de Marie.
Toute la quarentainne entiere
Jut Zozimas en teil meniere.
A la Ceinne gariz se sent,
Que nul mal nel va apressant.
Lors prit le cors Notre Seigneur
Et le saint sanc a grant honeur.
Por le plaisir la dame faire
C'est departiz de son repaire.
Lentilles, cerres et froumant
A pris, puis s'en va fierement.
Et teile fu sa soutenance
En boen grei et en penitance.
Au flun Jordain vint Zozimas,
Mais Marie n'i trova pas.
Crient de la riens que plus convoite
Ces pechiez ne li ait toloite
Ou que il ait trop demorei.
Des yex a tanrrement plorei,
Et dit: 'Doulz Diex, qui me feïs,
Qui le tien secreit me gehiz
Dou tresor que m'as aouvert,
Qu'a toute gent estoit couvert,
Sire, moustre moi la merveille
A cui nule ne s'apareille.
Quant ele a moi parleir vanra,
Sire Diex, qui l'a m'amanrra,
Qu'il n'i a ne neif ne galie?
Le flun ne passeroie mie.
Peires de toute creature,
En ce puez tu bien metre cure.'
De l'autre part Marie voit.
Or croi je que moult la couvoit
A avoir devers lui passee,
Car l'iaue est asseiz granz et lee.
Il li crie: 'Ma douce amie,
Coument! N'i passereiz vous mie?'
Cele ot dou preudome pitié,
Si se fia en l'amitié
De Jhesucrit, le roi du monde.
De sa main destre seigna l'onde,
Puis entra enz, outre passa,
C'onques de rien ne c'i lassa
Ne n'i moilla onques la plante,
Si com l'escriture lou chante.
Quant li preudons a ce veü,
Grant joie en a au cuer eü.
Por li aidier vint a l'encontre,
Lou cors Nostre Seigneur li monstre.
N'oza por li faire seignacle
Quant Diex por li fait teil miracle.
Et quant de li fu aprochiee,
Par grant amistié l'a baisiee.
- Amis, ce dist l'Egypcienne,
Qui moult fu boenne crestienne,
Tu m'as moult bien a grei servie.
Ma volentei m'as acomplie
Quant tu m'as aportei Celui:
Grant joie doi avoir de Lui.
- Ma dame, dit li sainz hermites,
Cil qui d'enfer nos a faiz quites
Et de la grant doleur pesant
Est ci devant toi en presant.
C'est cil qui par anoncement
Prist en la Vierge aombrement,
C'est cil qui nasqui cens pechié,
C'est cil qui soffri atachié
Son cors en la croix et cloei,
C'est cil qui nasqui a Noei,
C'est cil de qui est nostre loiz,
C'est cil qui conduit les .III. rois
Par autre voie en leur regnei
Quant a li furent amenei,
C'est cil qui por nos resut mort,
C'est li sires qui la mort mort,
C'est cil par cui la mort est morte
Et qui d'enfer brisa la porte,
C'est li sires, tout sanz doutance,
Que Longis feri de la lance
Dont il issi et sans et eve
Qui ces amis netoie et leve,
C'est cil qui au jor dou Juïse
Fera de picheors justise:
Les siens fera avec lui estre
Et li autre iront a senestre.
- Je lo croi bien, ce dit la dame.
En sa main met mon cors et m'arme.
C'est li sires qui tout netoie:
Jel wel avoir, queiz que je soie.'
Cil li done et ele l'usa.
Le saint sanc ne li refusa,
Ainz li dona, mout en fu liee.
Quant ele fu conmeniee,
Graces rent a son creatour,
Quant ele a si bien son atour,
Donc dit la dame: 'Biauz dolz Peires,
Toi pri que ta bonteiz me peire.
.XL. et .IX. anz t'ai servi,
A toi ai mon cors aservi.
Fai de ta fille ton voloir;
Mais que ne te doies doloir,
Dou siecle vorroie fenir
Et vorroie a toi parvenir
Moult volentiers, biau tres doulz Sire,
Qu'a toz mes maulz m'as estei mires.
Moult me plairoit la compaignie
A ta douce meire Marie.'
Quant ele ot s'orison finee,
Vers le preudoume c'est tornee.
Dit li qu'il s'en revoit arier,
Qu'acompli a son desirrier.
'A l'autre an, quant sa revanrras,
Morte ou vive me troveras
Ou leu ou premiers me veïs.
Et garde que ne regehis
Mon secreit tant que me revoies.
Et si wel ancor toutes voies,
Quant Diex nos a ci assemblei,
Que tu me doignes de ton blei.'
Cil a pris de sa garison
Si l'en dona cens mesprison.
Troiz grainz en a mangié sanz plus,
Que n'ot cure dou seureplus.
.XXX. anz ot estei el leu gaste.
Que n'ot mangié ne pain ne paste.
Lors a vers le ciel regardei,
Si fu ravie de par Dei
Et portee en son leu premier,
Et cil s'en retorna arriers.
La dame est a son leu venue,
La tres douce Dame en salue
Et lei et son glorieuz Fil,
Et que de lei li souveigne il:
'Diex, dit ele, qui me feïs
Et en mon cors arme meïs,
Bien sai que tu m'as eü chiere,
Qui as oïe ma proiere.
Aleir m'en weil de ceste vie.
Je voi venir ta compeignie,
Je croi que il viennent por moi:
M'arme et mon cors conmant a toi.'
Lors c'est a la terre estendue
Si com ele estoit, presque nue.
Ces mains croisa seur sa poitrine,
Si s'envelope de sa crine.
Ces yeux a clouz avenanment
Et sa bouche tout ausiment.
Dedens la joie pardurable
Sens avoir paor dou deable
Ala Marie avec Marie.
Li mariz qui la se marie
N'est pas maris a Marion:
Bien est sauveiz par Marie hom
[Qu'a Marie s'est mariez,
Qu'il n'est pas un mesmariez.]
Povrement fu ensevelie:
Coverte n'ot c'une partie
De li, dou drap que Zozimas
Li dona, qui fu povres dras.
Pou ot le cors acouvetei:
Diex ama mout teil povretei.
Riche, povrë et feble et fort
Sachent, font a lor arme tort
Se richement partent dou siecle,
Que l'arme n'ainme pas teil riegle.
La dame jut desus la terre,
Qu'il n'est nuns qui le cors enterre.
Nuns oziaux ne autre vermine
N'i aprocha tout lou termine:
De li gardeir Diex s'entremit
Si que sa char ainz ne maumit.
Zozimas ne s'oblia mie
Qui fu venuz en s'abaïe.
Mais d'une riens li grieve fort
Et mout en a grant desconfort,
Que il ne sot ne o ne non
A dire coument ele ot non.
Quant cil anz fu toz trespasseiz,
Si est outre le flun passeiz.
Par le bois va la dame querre
Qui ancor gist desus la terre.
Aval et amont la reverche
Et entor li meïmes cerche:
Pres de li est n'il n'en set mot.
'Que ferai ge se Diex ne m'ot
Et il la dame ne m'enseigne?
Or ne sai ge que ge deveigne!
Sire Diex, ce dit li preudom,
C'il te plait, done moi teil don
Que je puisse troveir celi
Qui tant a a toi abeli.
Ne me meuvrai s'on ne m'enporte
Se ne la truis ou vive ou morte.
Mais c'ele fust vive, je croi
Qu'ele venist parleir a moi.
Sire, ce tu as de moi cure,
Lai moi faire sa sepouture!'
Quant il ot prié Jhesucrit,
Si com nos trovons en escrit,
En grant clartei, en grant odour
Vit cele ou tant avoit d'amour.
De l'un de ces draz c'est mis hors,
Si en envelopa le cors.
Moult tanrrement les piez li baise:
Grant dousour li fist et grant aise.
Puis regarda de chief en chies,
Si vit .I. escrit a son chief
Qui noumoient la crestienne:
'C'est Marie l'Egypcienne.'
Adonc a pris le cors de li,
Mout doucement l'enseveli.
Graces rendi Nostre Seigneur
Qui li a fait si grant honeur.
Se le feïst mout esjoïr
C'il eüst por li enfoïr
Aucune arme a la fosse faire.
Adonc n'i a demorei gaires
Que il vit venir .I. lyon.
Mout en fu esbahiz li hom;
Mais il vit si humble la beste
Cens cemblant de faire moleste,
Bien sot que Diex li ot tramis.
Puis li a dit: 'Biaux doulz amis,
Ceste fame avoit non Marie,
Qui tant par fu de sainte vie.
Or couvient que nos l'enterriens,
Que je t'en pri seur toute riens
Que pences de la fosse faire.'
Qui lors la beste debonaire
Veïst piez en terre fichier
Et a son musel affichier!
De terre gete grant foison
Et de sablon mout plus c'uns hom.
La fosse fait grande et parfonde
Por cele dame nete et monde.
Quant la fosse fu bien chavee,
Li sains hermites l'a levee
A ses mainz par devers la teste
Et par les piez la prit la beste.
En la fosse l'ont il dui mise
Et bien coverte a grant devise.
Quant la dame fu enfoïe
Et la beste s'en est foïe,
Zozimas remaint o la dame:
Ne trovera mais teile fame.
Touz jors volentiers i seïst,
Jamais movoir ne s'en queïst.
Graces rent au Roi glorieuz
Qui au sienz n'est pas oblieuz
Et dit: 'Diex, bien sai sanz doutance,
Foulz est qui en toi n'a fiance.
Bien m'as montrei, biau tres douz Sire,
Que nuns ne se doit desconfire
Tant ait estei picherres fors,
Que tes conseulz et tes confors
Li est toz jors apareilliez
Puis qu'il se soit tant travilliez
Qu'il en ait penitance faite.
Bien doit a toz estre retraite
La vie a la bieneüree
Qui tant se fist desfiguree.
[Des or més, por la seue amor
Et por la teue, a toi demor,
Ne ja por mal ne por descorde
Ne vueil descorder de t'acorde.']
En plorant retorna arriere.
Toute la vie et la maniere
Conta au chapitre en couvent,
C'onques n'en menti par couvent:
Coument elz desers la trova,
Coument sa vie li rouva
A raconteir de chief en chief;
Coument il trova a son chief
En un petit brievet escrit
Ce que son non bien li descrit;
Coument il li vit passeïr l'onde
Dou flun Jordain grant et parfonde
Tout sanz chalent et sanz batel,
Tout ausi com s'en un chatel
Entrast parmi outre la porte;
Et coument il la trova morte;
Coument il la conmenia,
Coument ele prophecia
Qu'il gerroit en la quaraintainne;
Coument ele dist son couvainne,
Qui estoit, coument avoit non
Et c'il estoit prestres ou non;
Coument li lyons i sorvint
Qui par devers les piez la tint;
Coument l'aida a enfoïr
Et puis si s'en prist a foïr.
Li preudome oient les paroles
Qui ne sont mie de frivoles.
Les mainz joignent, vers Deu les tendent,
Et graces et merciz li rendent.
N'i ot nul n'amendast sa vie
Por le miracle de Marie.
Et nos tuit nos en amendon
Tant com nos en avons bandon.
N'atendons pas jusqu'a la mort:
Nos serions traÿ et mort,
Car cil se repent trop a tart
Qui por pendre a au col la hart.
Or prions tuit a ceste sainte,
Qui por Dieu soffri paine mainte,
Qu'ele prit a celui Seigneur
Qu'en la fin li fist teile honeur
Qu'il nos doint joie pardurable
Avec le Peire esperitable.
Por moi, qui ai non Rutebuef
(Qui est dit de rude et de buef),
Qui ceste vie ai mis en rime,
Que iceste dame saintime
Prit Celui cui ele est amie
Que il Rutebuef n'oblist mie.

Listen to this poem:

Comments about Ci encoumence la vie de Sainte Marie l’Egypcienne by Rutebeuf

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?



Poem Submitted: Tuesday, December 11, 2012

Poem Edited: Tuesday, December 11, 2012


[Report Error]