Hégésippe Moreau


Les 5 et 6 juin 1832 - Poem by Hégésippe Moreau

Ils sont tous morts, morts en héros,
Et le désespoir est sans armes ;
Du moins, en face des bourreaux
Ayons le courage des larmes !

Ces enfants qu’on croyait bercer
Avec le hochet tricolore
Disaient tout bas : il faut presser
L’avenir paresseux d’éclore :
Quoi ! nous retomberions vainqueurs
Dans le filets de l’esclavage !
Hélas ! pour foudroyer trois fleurs
Fallait-il donc trois jours d’orage ?

Ils sont tous morts, morts en héros,
Et le désespoir est sans armes ;
Du moins, en face des bourreaux
Ayons le courage des larmes !

Le peuple, ouvrant les yeux enfin,
Murmurait : On trahit ma cause ;
Un roi s’engraisse de ma faim
Au Louvre, que mon sang arrose ;
Moi, dont les pieds nus foulaient l’or,
Moi, dont la main brisait un trône,
Quand elle peut combattre encor,
Irai-je la tendre à l’aumône ?

Ils sont tous morts, morts en héros,
Et le désespoir est sans armes ;
Du moins, en face des bourreaux
Ayons le courage des larmes !

La liberté pleurait celui
Qu’elle inspira si bien naguère ;
Mais un fer sacrilège a lui,
Et l’ombre pousse un cri de guerre :
Guerre et mort aux profanateurs !
Sur eux le sang versé retombe,
Et les Français gladiateurs
S’égorgent devant une tombe.

Ils sont tous morts, morts en héros,
Et le désespoir est sans armes ;
Du moins, en face des bourreaux
Ayons le courage des larmes !

Alors le bataillon sacré
Surgit de la foule, et tout tremble ;
Mais contre eux Paris égaré
Leva ses milles bras ensemble.
On prêta, pour frapper leur sein,
Des poignards à la tyrannie,
Et les derniers coups du tocsin
N’ont sonné que leur agonie.

Ils sont tous morts, morts en héros,
Et le désespoir est sans armes ;
Du moins, en face des bourreaux
Ayons le courage des larmes !

Non, non, ils ne s’égaraient pas
Vers un avenir illusoire :
Ils ont prouvé par leur trépas
Qu’aux Décius on pouvait croire.
O ma patrie ! ô liberté !
Quel réveil, quand sur nos frontières
La République aurait jeté
Ce faisceau de troupes guerrières !

Ils sont tous morts, morts en héros,
Et le désespoir est sans armes ;
Du moins, en face des bourreaux
Ayons le courage des larmes !

Sous le dôme du Panthéon,
Vous qui rêviez au Capitole,
Enfants, que l’appel du canon
Fit bondir des bancs d’une école
Au toit qui reçut vos adieux
Que les douleurs seront amères,
Lorsque d’un triomphe odieux
Le bruit éveillera vos mères !

Ils sont tous morts, morts en héros,
Et le désespoir est sans armes ;
Du moins, en face des bourreaux
Ayons le courage des larmes !

On insulte à ce qui n’est plus,
Et moi seul j’ose vous défendre :
Ah ! si nous les avions vaincus,
Ceux qui crachent sur votre cendre,
Les lâches, ils viendraient, absous
Par leur défaite expiatoire,
Sur votre cercueil à genoux,
Demander grâce à la victoire.

Ils sont tous morts, morts en héros,
Et le désespoir est sans armes ;
Du moins, en face des bourreaux
Ayons le courage des larmes !

Martyrs, à vos hymnes mourants
Je prêtais une oreille avide ;
Vous périssiez, et dans vos rangs
La place d’un frère était vide.
Mais nous ne formions qu’un concert,
Et nous chantions tous la patrie,
Moi sur la couche de Gilbert,
Vous sur l’échaffaud de Borie.

Ils sont tous morts, morts en héros,
Et le désespoir est sans armes ;
Du moins, en face des bourreaux
Ayons le courage des larmes !

Listen to this poem:

Comments about Les 5 et 6 juin 1832 by Hégésippe Moreau

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?



Poem Submitted: Tuesday, November 20, 2012



[Report Error]