Jean Ogier de Gombauld

Quand je la vois briller sous un voile funeste

Quand je la vois briller sous un voile funeste,
Comme une autre Diane, au milieu de la nuit,
Quelle est mon aventure ? à quoi suis-je réduit ?
Je demeure confus, sans parole, et sans geste.

Vous à qui sa rigueur jamais rien ne conteste,
Vous en qui ma pensée et ma flamme reluit,
Allez, regards, soupirs, où l'Amour vous conduit :
Votre douce éloquence est tout ce qui me reste.

Mais quoi ? tous ses désirs n'aspirent qu'au tombeau.
Elle fuit la clarté du céleste flambeau,
Et la mort seulement à l'amour la convie.

Mon âme, il faut partir ; fais ton dernier effort ;
Puisqu'étant, comme elle est, si contraire à la vie,
On ne lui saurait plaire, à moins que d'être mort.

Poem Submitted: Tuesday, November 6, 2012
Poem Edited: Tuesday, November 6, 2012

Add this poem to MyPoemList
2,7 out of 5
10 total ratings
rate this poem

Comments about Quand je la vois briller sous un voile funeste by Jean Ogier de Gombauld

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?