poet Joachim du Bellay

Joachim du Bellay

A L'Ambitieux Et Avare Ennemi Des Bonnes Lettres

Serf de Faveur, esclave d'Avarice,
Tu n'eus jamais sur toi-même pouvoir,
Et je me veux d'un tel maître pourvoir
Que l'Esprit libre en plaisir se nourrisse.

L'Air, la Fortune et l'humaine Police
Ont en leurs mains ton malheureux avoir.
Le Juge avare ici n'a rien à voir,
Ni les trois Soeurs, ni du Temps la malice,

Regarde donc qui est plus souhaitable,
L'aise ou l'ennui, le certain ou l'instable.
Quant à l'honneur, j'espère être immortel

Car un clair nom sous Mort jamais ne tombe.
Le tien obscur ne te promet rien tel.
Ainsi, tous deux serez sous même tombe.

CAELO MUSA BEAT.

Poem Submitted: Tuesday, May 15, 2012

Add this poem to MyPoemList
2,8 out of 5
27 total ratings
rate this poem

Comments about A L'Ambitieux Et Avare Ennemi Des Bonnes Lettres by Joachim du Bellay

  • Madhabi BanerjeeMadhabi Banerjee (2/15/2018 11:30:00 AM)

    tres beau. mercy beaucoup

    Report Reply
    0 person liked.
    0 person did not like.



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?