Oilibheir Alain Christie


Phœnix Et Tourtereau - Poem by Oilibheir Alain Christie

Que l’oiseau au chant puissant
Sur l’arbre unique d’Arabie,
Soit le héraut de notre chagrin et la trompette
Au son de laquelle obéissent les chastes ailes.

Mais, toi, strident messager,
Vil émissaire du démon,
Augure de la fièvre finale,
De cette troupe ne t'approche pas.

Que de cette cérémonie soit exclus
Tout oiseau à l’aile tyrannique,
Hormis l’aigle, roi des airs:
Gardons strictes ces obsèques.

Que le prêtre en surplis blanc,
Apte à chanter la musique funèbre,
Soit le cygne prescient de la mort,
Afin que le Requiem sonne juste.

Et toi, corbeau des temps trois fois anciens
Qui fais noire ta descendance
Avec le souffle que tu donnes et prends,
Tu te joindras à nos endeuillés.

Ici commence l'antienne :
Amour et Constance sont morts;
Phœnix et le Tourtereau s'en sont allés
Au loin dans une flamme mutuelle.

Ils s’aimaient à un point qu'une paire d'amoureux
N'avait qu'une essence unique.
Deux êtres distincts, nulle division.
Le nombre était mort par leur amour.

Cœurs éloignés, et pourtant non disjoints;
On voyait la distance, et non l’espace,
Entre le tourtereau et sa reine.
En d'autres qu'eux c’eût été un prodige.

L’amour brillait entre eux de telle sorte
Que Phœnix voyait le sien
Flamboyer dans le regard du Tourtereau.
Chacun appartenait à l’autre.

Les propriétés individuelles déphasées !
Les caractéristiques n’étaient plus les mêmes.
Avec leur nature unique sous un double nom,
Ils ne faisaient ni un ni deux.

La raison, démentie par elle-même,
Voyait leur division se réunifier;
Pour eux au demeurant, ces mots avaient perdu leur sens;
Ces deux étaient si bien unifiés,

Que l'on s'écriait, 'Quel couple authentique
Paraît en cet accord!
L'Amour a sa raison, la Raison n'en a plus
Si ceux que l'on sépare peuvent rester inchangés.'

Ce sur quoi l'on fit ce Thrène
Dédié à Phœnix et Tourtereau,
Co-suprêmes et astres d'amour,
Comme coryphée à leur tragédie.

THRENOS

Beauté, loyauté, et rareté,
Grâce en toute simplicité,
Cy renfermées reposent en cendres.

La mort est maintenant le nid de Phœnix;
Et le sein loyal du Tourtereau
Pour l'éternité repose,

Sans laisser de descendance:
Non pas par infirmité,
Mais chasteté mariée.

Vérité qui ne fait que sembler n'en est pas une;
Beauté qui se vante n'est pas réelle;
Que Vérité et Beauté reposent en paix.

Que se recueillent prés de cette urne funéraire
Ceux qui portent en eux le vrai ou le beau;
Afin de pousser une prière pour ces oiseaux morts.


[Rendered into French by O. Á. Christie

used as subtitles available under the 'closed captions' menu for the YouTube video 'Shakespeare's 'Phoenix & Turtle' read by OÁC / Music: W. Byrd']

This is a translation of the poem The Phoenix And The Turtle by William Shakespeare

Topic(s) of this poem: esoteric, eternity, love

Form: Elegy


Poet's Notes about The Poem

A translation of what is considered the most esoteric poem of The Bard, Mr William Shakespeare.

Comments about Phœnix Et Tourtereau by Oilibheir Alain Christie

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags


Poem Submitted: Friday, April 3, 2015

Poem Edited: Thursday, April 9, 2015


[Report Error]